Nous continuons de vous livrer ;-) Les délais peuvent être sensiblement allongés.

  • « On ne porte pas la vie pour donner la mort » Patricia est aujourd’hui une jeune maman de 30 ans, pleine de force et de lumière. Pourtant, il y a deux ans, elle a vécu un terrible drame qui a bouleversé sa vie. A six mois de grossesse, elle perd le bébé qu’elle porte. C’est lors de son échographie du 6e mois que Patricia comprend que quelque chose d’anormal se passe.  « Au moment d’écouter le cœur de mon enfant : plus aucun bruit […] On m’annonce que ma fille est décédée à l’intérieur de moi. » Patricia raconte son parcours extrêmement traumatisant bien sûr, mais aussi la façon dont elle s’est sentie mise à l’écart du personnel soignant et laissée souvent dans l’incompréhension. Elle parle aussi des rencontres et des personnes très importantes qui ont accompagné son parcours. Outre l’incroyable message de résilience et d’espoir qu’elle porte, Patricia Liney souligne ici la question de l’accompagnement des femmes qui perdent un enfant. Elle raconte les incompréhensions, les questions qui la taraudent mais aussi toutes les fois où elle ne s’est pas sentie entendue. Et toutes celles où on ne lui a pas expliqué pas ce qui lui arrivait. « On ne porte pas la vie pour donner la mort », explique-t-elle encore emplie d’émotion. Car Patricia Liney a du accoucher d’un bébé mort.  Cette jeune mère évoque avec courage sa volonté qu’on accompagne ces femmes psychologiquement pour qu’elles puissent reprendre leur travail sans subir le regard des autres. Ces autres qui ont vu ces femmes enceintes et à qui elles doivent expliquer que non, il n’y a pas de bébé. Ou plus. Patricia parle également de la force de son couple et de son amour qui lui a permis de se relever et d’être aujourd’hui une mère comblée d’un petit garçon. Avec toute la force qu’elle a eu pour se remettre de ce terrible drame et prendre du recul sur cet événement tragique, la jeune maman pense surtout aux autres. A ces couples qui ne parviennent pas à se relever de cette épreuve, à ces femmes obligées [...]

    Patricia Liney a perdu sa fille à six mois de grossesse
  • J’ai rencontré la piquante et énergique Natalia Diabira, créatrice de la marque de sacs à langer haut de gamme : Lémé Paris. Lémé signifie « mon enfant » en Soninké, une langue parlée dans de nombreux pays d'Afrique de l'ouest tels que la Mauritanie, le Sénégal, le Mali, la Guinée-Bissau ou encore la Gambie. Natalia est une entrepreneuse déterminée ! Elle nous raconte son parcours haut en couleurs et elle nous présente surtout ses sacs destinés à toutes les mères qui veulent avoir du style tout en prenant soin de leurs chers bambins.Fini les sacs à langer avec des ours ou des grosses fleurs que l’on a honte de mettre à l’épaule. Les sacs Lémé Paris allient style et praticité en associant l’art de la maroquinerie avec des cuirs absolument sublimes. La production est artisanale et Lémé Paris est très soucieuse du respect du savoir-faire. C’est pourquoi la marque a mis en avant le travail d’artisans Français. Des sacs à langer beaux, made in France et surtout pensés pour les parents pressés. Toutes les poches se referment facilement en un seul geste. Il y a des encoches pour les biberons, une attache pour la tétine, un tapis à langer, et de quoi ranger les couches. Si l’aspect pratique est évident, il s’agit aussi d’un sac à main à part entière qu’on peut porter comme un réel accessoire de mode. On peut rester maman dévouée et femme stylée ! Lémé Paris est même en train de développer un modèle pour les papas.Que ce soit en version sac à dos ou sac à main, kaki, saphir ou noir, c’est juste canon !  Et la bonne nouvelle, c’est que ces superbes sacs à langer haut de gamme sont disponible au Concept Store HapsatouSy !Mamans stylées, vous allez kiffer !

    Lémé Paris : des sacs à langer ultra stylés !
  • Le fondateur des Déterminés est venu sur le plateau d’Ondes Positives pour nous parler de son association qui a pour objectif de développer l’envie d’entreprendre dans les territoires isolés. Originaire de Cergy-Pontoise, Moussa Camara est engagé dans l’univers associatif et entrepreneurial depuis une dizaine d’années. Avec son expertise d’entrepreneur, il a pu identifier certains problèmes qu’il a rencontré dans son parcours et a ainsi souhaité aider d’autres entrepreneurs en puissance à se lancer. Il fonde ainsi en 2015 l’association Les Déterminés. « Mon étincelle à moi est née de mon aventure entrepreneuriale et celle de mon entourage : pleine d’ambition, pleine d’énergie, mais souvent avortée par un manque de compétences, de connaissances et de réseau. » Au sein de territoires marqués par des taux de chômages plus élevés que la moyenne nationale, Moussa Camara veut, à travers son association, insuffler un esprit d’entrepreneurs solidaires et aussi ouvrir des portes aux jeunes qui veulent créer, inventer, réussir.Accompagné par une équipe de bénévoles et de chargés de mission, Moussa Camara a réussi à séduire de nombreux partenaires qui ont permis aujourd’hui de lancer des programmes d’accompagnement destinés à donner les clés et les outils fondamentaux aux personnes qui souhaitent entreprendre. Ces formations destinées aux jeunes issus de quartiers populaires et de milieux ruraux sont gratuites et ont déjà donné naissance à plusieurs entreprises inspirantes. Un véritable réseau pérenne de Déterminés a également vu le jour. Apprendre à pitcher un projet, faire un business plan, se créer un réseau : autant de compétences que Les Déterminés viennent acquérir dans cette formation.Avec toute sa détermination et son envie de transmettre sa fougue d’entreprendre, Moussa Camara nous raconte l’histoire des Déterminés : belle et singulière…

    Moussa Camara accompagne les entrepreneurs dans les banlieues
  • Ce vendredi 22 février aura lieu la 44ème Cérémonie des César. Et cette année, j’ai la chance d’assister à cet événement qui réunit tout le gotha du cinéma français. Et oui, je vais moi aussi fouler le tapis rouge de la très belle salle Pleyel et découvrir en direct les lauréats des César 2019 ! Et cette année, il y a de sacrés nommés ! Des comédiens et comédiennes hauts en couleur et extrêmement talentueux sont notamment en compétition dans la rubrique Meilleur Acteur et Meilleur Actrice. On retrouve par exemple la merveilleuse Virginie Efira ou encore Cécile de France et Sandrine Kiberlain. Entre Edouard Baer et Alex Lutz mon cœur balance, et Pio Marmaï n’est pas loin non plus... Bref, que du beau monde pour cette 44ème cérémonie. Malgré la qualité de tous les films présentés, mon grand chouchou cette année, c’est Le Grand Bain de Gilles Lellouche, un véritable petit bijou : drôle, touchant et original ! Les acteurs sont tout simplement dingues et la prestation de Leïla Bekhti est exceptionnelle. Je lui donnerai d’ailleurs dans hésiter le prix de la Meilleure Actrice dans un Second Rôle… Dans cette vidéo, je vous fais d’ailleurs part de mes petits pronostics et vous parle de Kad Merad en maître de cérémonie et de l’hommage qui sera fait à l’inégalable Charles Aznavour. En tout cas sachez que ma robe est prête et que j’ai hâte de partager cette belle soirée avec vous ! Alors restez connectés !

    Les coups de cœur d’Hapsatou Sy pour les César 2019
  • « Il était hors de question que je ne vois pas mon fils grandir » A l’âge de 27 ans, Patrick Jean Exenat découvre qu’il est atteint d’un cancer. Alors jeune papa d’un petit garçon, il va tout faire pour réussir à voir son fils grandir. « Il fallait que je me batte pour pouvoir jouer au foot avec mon fils. » C’est avec cette phrase absolument bouleversante que Patrick, qui a désormais 33 ans et qui se dit « en pleine forme », raconte son combat contre le cancer sur le plateau d’A Nous la Parole A travers son histoire, il veut casser les clichés que l’on peut avoir sur les malades et montrer que l’on peut s’en sortir. Qu’on peut se relever d’un cancer et que même si la mort fait partie de ce fléau, il faut aussi penser à la vie avant tout. Il raconte également le soutien indéfectible de sa compagne tout au long de cette épreuve. On perçoit à travers son témoignage toute la détermination dont il a fait preuve pour affronter la maladie. Continuer à sortir avec ses amis, se battre pour rester au côté de son fils, créer des projets : Patrick nous explique ce qui lui a permis de tenir et de s’accrocher pour vaincre le cancer. Avec une incroyable force de vivre, il partage avec nous son récit, et rend également hommage au corps médical. Il invite toutes les personnes malades à ne rien lâcher et à se battre coûte que coûte. A sortir de l’isolement et à essayer de s’entourer et de continuer à vivre normalement. Une merveilleuse leçon de vie, pleine d’espoir et de sagesse.

    Patrick Jean Exenat a vaincu un cancer à 27 ans
  • Cœur de Gazelles : depuis 18 ans, ces Gazelles à la détermination inébranlable, parcourent le Maroc pour soigner ceux qui ont en besoin et rendre tous ses droits à la nature !   Encore une autre femme qui assure ! Comme vous le savez, je n'ai rien contre les hommes entrepreneurs, au contraire :=), mais je suis tellement heureuse de mettre en lumière des femmes qui agissent, des femmes qui réalisent, parce qu'elle ont décidé de monter une affaire ou simplement, parce qu'elles ont décidé de servir l'intérêt général... Que je ne pouvais qu'inviter Marina Vrillacq, la Présidente de l'association "Coeur de Gazelles", à venir nous parler des causes qui lui sont chères... Le Maroc est un merveilleux pays, bien connu pour ses stations balnéaires comme la ville d'Essaouira, pour le développement économique rapide de la ville portuaire de Casablanca ou pour son désert, théâtre de magnifiques couchés de soleil. Pourtant, en marge du développement des villes, certaines populations vivent encore dans des zones très reculées, loin des structures de santé. Chaque année, à l'occasion du Rallye Aïcha des Gazelles, un événement exclusivement féminin, Marina et ses équipes partent à la rencontre des gens afin de les soigner.  Au total, l'association assure 8000 consultations médicales par an et suit près de 300 personnes pour soigner des pathologies diverses. En parallèle des soins médicaux qu'elle promulgue, l'association s'est donnée pour mission il y a 8 ans, de nettoyer le désert marocain ! L'opération "Uppercut", lancée il y a 6 mois, vise à récupérer les sacs des magasins qui viennent prendre de sa beauté au désert marocain, à les recycler et à produire des sacs en coton biodégradable ! En achetant le bracelet en or de l'association, vous l'aidez à financer ses opérations de nettoyage, de recyclage et d'éducation des gens au développement durable Toutes les informations sont à retrouver sur www.coeurdegazelles.org.

    Coeur de Gazelles met K.O les sacs plastique avec l'opération Uppercut

<< 1 ... 6 7 8 9 10 >>

Vous voulez partager avec nous votre histoire forte et puissante ?
Vous avez un projet à défendre ?
Un message inspirant à faire passer ?
Ecrivez-nous à contact@hapsatousy-tv.com

Envie de suivre notre actualité
et nos dernières vidéos ?

 

Abonnez-vous à notre newsletter ;-)