1- Ne laissez personne vous dire que vous ne pouvez pas y arriver. Rien n’est impossible, si vous l'avez décidé ! Beaucoup de gens tenteront de vous freiner dans votre élan entrepreneurial, car ils n’ont pas la même capacité que vous, à se lancer. Ne les laissez pas vous dissuader d’aller au bout de vos idées, au bout de vos rêves. On disait à Shakira qu’elle chantait comme une chèvre lorsqu’elle était enfant, elle est l’une des artistes les plus influentes de l’industrie de la musique, à l’international ! Steve Jobs, lui, a été confié à l’adoption à sa naissance, ça ne l’a pas empêché de s’armer de courage et de devenir l’un des hommes les plus bankables au monde, élevé au rang de génie créatif. La seule barrière à votre ambition, c’est vous. 2- Osez ! Les parcours scolaires ne font pas l’intelligence, ni l’or que vous avez entre les doigts. Après la troisième, j’ai obtenu un BEP en secrétariat, puis préparé un BTS en Commerce International que j’ai obtenu et conclu par un stage à New-York. Ma mère ne savait ni lire, ni écrire et je l’aidais à la maison, à s’occuper de mes 7 frères et sœurs. Je ne cherche pas à impressionner, je ne sous-estime pas que c’est plus difficile pour certains que pour d’autres, mais je crois que lorsqu’on veut, on peut. Je suis la première dans ma famille à être diplômée en études supérieures et en même temps, j’ai envie de dire que je n’ai « qu’un niveau bac +2 », je n’ai pas étudié dans une grande école de commerce ou de communication. Pour autant, ça ne m’a pas empêché de devenir chef d’entreprise. Les plombiers, les serruriers, les couvreurs et autres coiffeurs sont tant d’entrepreneurs qui arrivent à faire prospérer et fructifier leur business, sans avoir passé des années sur les bancs de l’école. 3- N’inventez pas forcément, réinventez ! La bonne idée se cache partout ! Ça peut être quelque-chose qui facilitera le quotidien des gens, quelque-chose qui leur donnera ou redonnera le sourire. La bonne idée c’est peut-être [...]

    Les 5 conseils carrière d’Hapsatou Sy

    04/06/2019

    Les 5 conseils carrière d’Hapsatou Sy

    1- Ne laissez personne vous dire que vous ne pouvez pas y arriver. Rien n’est impossible, si vous l'avez décidé ! Beaucoup de gens tenteront de vous freiner dans votre élan entrepreneurial, car ils n’ont pas la même capacité que vous, à se...

    ENTREPRENEURE
    Lire l'article

    Vous le savez, je viens de sortir mon livre Made in France dans lequel j'ai souhaité parler de mon histoire, de mes racines et de mon parcours, de mon enfance à Chaville dans les Hauts de Seine aux plateaux de télévision. Je voulais montrer à travers ces lignes combien je suis fière d'être une enfant de la République française qui a su tordre le cou au déterminisme social grâce notamment à l'éducation inculquée par mes parents et aux professeurs qui ont croisé ma route. A l'occasion de la sortie de cet ouvrage dans lequel je me suis beaucoup livrée, je me suis prêtée auprès de mes équipes au jeu de l'interview afin de partager avec vous les coulisses de l'écriture de Made in France. Je vous dis tout ! Et pour savoir le reste, il faudra lire le livre... Pourquoi avoir décidé d’écrire ce livre maintenant ? Made in France , c’est un témoignage. Un témoignage que j’avais envie de livrer, parce que je pense que nous sommes à un moment crucial où il faut pouvoir dire les choses dans une France qui est de plus en plus clivée, sclérosée par des oppositions qui ne devraient pas avoir lieu en 2019. Le racisme s’est complètement démocratisé. J'avais envie de dire qu'on peut être « Made in France » comme moi, née en France, avoir grandi dans ce pays, y avoir réalisé ses projets entrepreneuriaux, être fière aussi d’être Française, tout en étant très fière de mes origines, qui sont celles de mes parents. Il m'était important de porter ce message, de dire qu’on peut être ce que l’on veut être, en étant fière de ses racines et du pays dans lequel on évolue. A l’heure actuelle, alors que de nombreux jeunes se cherchent, ne se reconnaissent plus dans le pays, dans les discours politiques ou autre, moi, j’avais envie de dire ce que je pensais, surtout après ce que j’avais vécu, cette scène extrêmement violente avec un polémiste français du nom d’Eric Zemmour. J’avais envie de dire à quel point l’école avait été importante pour moi, que le fait de pouvoir entreprendre libreme [...]

    Hapsatou Sy vous dit tout sur l'écriture de son livre

    03/06/2019

    Hapsatou Sy vous dit tout sur l'écriture de son livre

    Vous le savez, je viens de sortir mon livre Made in France dans lequel j'ai souhaité parler de mon histoire, de mes racines et de mon parcours, de mon enfance à Chaville dans les Hauts de Seine aux plateaux de télévision. Je voulais montrer à...

    ENTREPRENEURE LIFESTYLE SOCIÉTÉ
    Lire l'article 1 commentaire(s)

    Entreprendre est une bonne façon de créer son propre univers. C’est aussi un moyen pour certains d’accroitre leur créativité et d’impacter le monde à leur manière. Ils sont nombreux en France à avoir sauté le pas et à donner l’exemple aux générations à venir. Je vous emmène à la découverte de quatre figures françaises au parcours inspirant pour inciter les plus téméraires à se dépasser. Des entrepreneurs qui se sont construits tout seul et qui incarnent des véritables modèles de réussite. Oussama Ammar : le Gourou de la tech Oussama Ammar, fils d’immigrés libanais, est dès son plus jeune âge attiré par le web. Après une longue expérience et rodé par la création d’entreprises, il co-fonde en 2013 The Family, un incubateur qui accompagne les startups dans leur développement. Aujourd’hui The Family est une communauté, avec une véritable identité numérique. Forte de son succès, l’entreprise organise des meetups et crée des formations avec comme sujet de prédilection l’entrepreneuriat. En 2018, l’entreprise lève 15 millions d’euros. The Family a trouvé le modèle à suivre : apporter une valeur conséquente à ses clients afin de créer des structures à fort potentiel. Moussa Camara : le Cergyssois au service de jeunes talents marginalisés Moussa Camara, contribue à l’amélioration de la vie professionnelle des jeunes de quartiers démunis. A 21 ans, après la création de sa première entreprise, il fait le constat qu’entreprendre est un mot aux antipodes de la réalité quand on est issu de quartiers défavorisés. C’est la raison pour laquelle il crée Les Déterminés, une formation pour accompagner ses jeunes dans leur aventure entrepreneuriale. Moussa Camara l’a bien compris, réussir c’est aussi faire preuve d’altruisme et contribuer aux succès des autres. C’est la raison pour laquelle en 2017, il reçoit un BFM Award, récompense bien méritée aux vues de ce qu’il apporte à sa communauté. Il nous racontait d'ailleurs il y a peu l'histoire des Déterminés sur HapsatouSy TV. [...]

    Ces entrepreneurs qui sont partis de rien

    02/04/2019

    Ces entrepreneurs qui sont partis de rien

    Entreprendre est une bonne façon de créer son propre univers. C’est aussi un moyen pour certains d’accroitre leur créativité et d’impacter le monde à leur manière. Ils sont nombreux en France à avoir sauté le pas et à donner l’exemple aux...

    ENTREPRENEURE
    Lire l'article

    Alors que la "Marche du Siècle" samedi 16 mars réunissait dans les rues 350 000 personnes en France pour manifester contre le réchauffement climatique, certains entrepreneurs s’engagent tous les jours dans la transition écologique. Inventions, innovations et clairvoyance sont les maitres mots qui unissent ces entreprises avant-gardistes. Des concepts portés par des entrepreneurs qui font de l’écologie une priorité sans pour autant moraliser. Des solutions efficaces avec un positionnement stylé : voici les petites pépites écologiques françaises. Les Récupérables, de la mode stylée et éthique  « L’alliance, sans concession, de l’allure et de l’engagement », voici la doctrine des Récupérables. Une marque française de mode éco-responsable créée en 2016 par Anaïs Dautais Warmel. Les Récupérables met à l’honneur l’upcycling, soit la récupération de tissus de récupération pour les transformer en pièce d’exception. On recycle donc « par le haut ». Une mode éthique made in France pour des collections uniques. C’est grâce à sa grand-mère qui l’initie à la couture alors qu’elle est toute petite qu’Anaïs Dautais Warmel a eu envie de créer ses propres robes. Après des études au Brésil, elle revient en France inspirée par son expérience en Amérique du Sud. Elle se tourne vers le vintage et travaille dans les friperies du Marais.  Elle tient même une boutique solidaire à La Ressourcerie de La Petite Rockette. Chaque jour, elle y voit arriver des tonnes de textile. Les chiffres sont sans appel, environ 300 kilos de textile par jour sont débarqués dans une seule ressourcerie. Une des conséquences de la mode à outrance qui impose des diktats de saisons, de couleurs et donc de temps de consommation limite. On achète, on porte et on jette parce que la mode est dépassée.  La qualité a été divisée par 3 et la consommation multipliée par 3 depuis les années 2000. En recyclant le linge de maison vintage, les fins de  rouleaux, les tapisseries et le tissu de travail non-conforme [...]

    Ces entreprises qui rendent l'écologie stylée

    18/03/2019

    Ces entreprises qui rendent l'écologie stylée

    Alors que la "Marche du Siècle" samedi 16 mars réunissait dans les rues 350 000 personnes en France pour manifester contre le réchauffement climatique, certains entrepreneurs s’engagent tous les jours dans la transition écologique. Inventions,...

    ENTREPRENEURE LIFESTYLE SOCIÉTÉ
    Lire l'article

    Opposer ne nous fait pas régner Ma vision du féminisme n’est pas forcément celle que l’on attend. Ces dernières années, les femmes et les hommes ont beaucoup été opposés à travers les mouvements comme « me too » ou « balance ton porc ». Bien sûr, cette libération de la parole a été nécessaire mais elle a aussi entrainé quelque chose qui est de l’ordre de la délation et du pugilat. Quand une femme veut régler ses comptes avec un homme et qu’elle décide de le balancer en pâture en pointant du doigt ses agissements sur Twitter, on doit quand même se rappeler qu’internet et les réseaux sociaux ne sont en aucun cas des tribunaux virtuels. On n’établit pas la responsabilité de quelqu’un sur la toile mais bien devant de vrais tribunaux, en rendant des comptes à la justice. Cet affrontement permanent sur les réseaux et dans le débat public fragilise la cause réelle : celle de l’égalité homme-femme. Plutôt que d’opposer, on devrait mettre en avant tous les hommes qui sont de grands féministes à l’instar du gynécologue Denis Mukwege, surnommé « l'homme qui répare les femmes ». Prix Nobel de la paix en 2018, il s’engage chaque jour contre les mutilations génitales pratiquées sur les femmes en république démocratique du Congo. Plutôt que de diviser, il faut mener le combat côte à côte, sans exclure le sexe opposé, sinon cela devient discriminant. Le féminisme sera d’autant plus fort s’il est aussi porté par les hommes. Laissons les porcs répondre de leurs actes devant les tribunaux et concentrons-nous sur lions prêts à combattre la misogynie ambiante.   Les Femen : un mouvement contre-productif   Je pense aussi que les mouvements tels que les Femen desservent profondément la cause parce que lorsque Simone Veil, Michelle Obama ou d’autres femmes inspirantes portent des messages, elles le font avec puissance, conviction envers et contre tout et ce, grâce à leur discours, leur intellect et leur vision pertinente souvent avant-gardiste. A-t-on besoin de se mettre nu comm [...]

    La vision du féminisme d’Hapsatou Sy

    06/03/2019

    La vision du féminisme d’Hapsatou Sy

    Opposer ne nous fait pas régner Ma vision du féminisme n’est pas forcément celle que l’on attend. Ces dernières années, les femmes et les hommes ont beaucoup été opposés à travers les mouvements comme « me too » ou « balance ton porc ». Bien sûr,...

    ENTREPRENEURE LIFESTYLE SOCIÉTÉ
    Lire l'article

    Le culot est un des leviers nécessaires pour tenter d’aller décrocher les étoiles. Il vous accompagnera à chaque fois que vous devrez emprunter l’ascenseur social, même par les escaliers, ou exploser les plafonds de verre qui vous empêchent de réussir. Le culot fera de vous la personne qu’on remarquera dans la foule parce qu’elle aura osé, elle, la différence. Oser être soi et entreprendre, c’est déjà avoir du culot. Je vais vous raconter 5 histoires durant lesquelles j’ai dû user de mon culot. Un culot que j'assume pleinement. 5 anecdotes qui, à leur façon, ont changé ma vie. Le coup de bluff  J’avais mon premier salon de beauté et j’aspirais à en créer un deuxième. Il me fallait plusieurs dizaines de milliers d’euros pour pouvoir le financer. Je suis allée voir la banque qui m’a gentiment envoyé balader, m’expliquant que ma boite était trop jeune. Ce que j’ai fait, c’est que j’ai créé une offre en proposant un massage acheté, un massage offert, dans un point de vente que je n’avais pas encore mais dont je rêvais. Si je n’arrivais pas à le lancer, je me disais que je ferais mes massages dans mon premier salon. En 8 jours, j’ai vendu l’équivalent de ce qui me fallait pour acheter mon second salon. J’étais passée par Last Minute qui à l’époque réglait tout de suite ce que tu avais vendu, avant même que les prestations soient faites. J’ai donc pu déposer mon chèque à la banque avec un grand sourire et j’ai acheté moi-même mon salon de beauté. Celui même que le banquier me refusait 15 jours plus tôt. Une belle revanche !   Les bons mots au bon moment On a toujours peur d’aller vers une personne qui nous intéresse. On se dit qu’on va se faire envoyer bouler. Mais un non, ça ne tue pas ! Il faut toujours tenter. C’est ce que j’ai fait un jour à l’Elysée. Il y a avait Bernard Arnault et François Hollande le président de la République à l’époque. Tout le monde était autour d’eux et essayait de les approcher. Je me suis assise stratégiquement sur une petite chaise, [...]

    Les 5 fois où j'y suis allée au culot

    27/02/2019

    Les 5 fois où j'y suis allée au culot

    Le culot est un des leviers nécessaires pour tenter d’aller décrocher les étoiles. Il vous accompagnera à chaque fois que vous devrez emprunter l’ascenseur social, même par les escaliers, ou exploser les plafonds de verre qui vous empêchent de...

    ENTREPRENEURE LIFESTYLE
    Lire l'article 1 commentaire(s)
<< 1 2 >>